Un jour peut-être ...

Un jour peut-être ...

Un jour peut-être ... PMA à l'étranger, la circulaire qui me dérange !

Article un peu "spécial" dans mon blog, car aujourd'hui je vous parle de la circulaire du gouvernement (14 janvier) sur la PMA à l'étranger !

 

Un peu de politique de temps en temps ça ne fait pas de mal, surtout quand le sujet est important.

 

Je vous transmets donc un message envoyé au journal Le Parisien mais qui n'a pas reçu de réponse pour le moment.

J'apporte mon soutien. Merci de faire tourner sur vos blogs, c'est la seule façon de se faire entendre. Comme elle l'explique très bien :

 

 

" La meilleure façon de résister c'est d'agir"

Bonjour,

Je représente un collectif de femmes et de couples qui suivent actuellement un parcours de procréation médicalement assistée. Je me permets de vous écrire suite à la circulaire du ministère de la santé envoyée aux praticiens le 14 janvier 2013 au sujet du don d'ovocytes à l'étranger. Notre collectif s'est réuni hier à Paris dans le but de trouver un moyen de faire retirer cette circulaire et d'amorcer un dialogue avec le gouvernement car il nous semble, aujourd'hui, que nous ne sommes ni compris, ni soutenus par les professionnels de la PMA.

Cette circulaire a mis à mal la démarche de parentalité de milliers de couples. Nous bénéficions en France d'une prise en charge à 100% pour les soins relatifs à la procréation médicalement assistée : insémination artificielle avec conjoint ou avec donneur, fécondation in vitro avec sperme du conjoint ou sperme de donneur, fécondation in vitro avec don d'ovocytes.

Le nombre de dons d'ovocytes atteint une moyenne de 300 dons par an. On estime que 3000 couples environ sont concernés par le don d'ovocytes. Les couples sont pris en charge jusqu'à l'âge de 43 ans (pour la femme, il n'y as de limite d'âge pour les hommes).

Beaucoup d'entre nous se tournent vers les pays étrangers européens pour avoir accès au don d'ovocytes puisque le délai d'attente est en moyenne de 3 ans et qu'à partir de 37 ans, les CECOS (centres de conservation des oeufs et du sperme) ne prennent plus les femmes sur leurs listes d'attente. Nous payons donc en moyenne 6000 euros pour un soin que notre pays est sensé nous prodiguer. Les croyances populaires veulent que si les femmes décident de faire des enfants si tardivement, c'est parce qu'elles ont priviligié leur vie de femme ou leur carrière. C'est tout à fait inexact. La plupart d'entre nous ont fait des tentatives en France, essayé pendant de nombreuses années, ont subi des maladies, etc... Il existe beaucoup de causes qui sont la plupart du temps éludées dans les débats ou dans les médias.

Jusqu'à cette circulaire, la CPAM prenait en charge la fiv avec don d'ovocyte à l'étranger à hauteur de 1600 euros. Ce qui est bien peu au regard du coût réel. Dans une société qui a pour devise l'égalité, vous pouvez constater que nous en sommes loin. Car si le système français de procréation médicalement assistée fonctionnait mieux et que le gouvernement respectait la loi qu'il a lui même instaurée (à savoir la prise en charge à 100% des soins de PMA jusqu'à 43 ans), nous ne devrions rien payer du tout. Depuis la circulaire, tous nos médecins, gynécologues refusent de nous rédiger le certificat médical qui nous permet d'obtenir cette petite aide. Tous ont refusé le suivi médical qui est nécessaire lorsque l'on part à l'étranger pour ce type de soins, tous ont refusé de nous prescrire les traitements dont nous avions besoin. Inutile de vous dire notre colère, notre chagrin, notre douleur d'être trahis par des professionnels en qui nous avions confiance et qui à ce jour ne réagissent pas vigoureusement contre cette circulaire. 

Nous avons la sensation que notre souffrance n'est pas entendue,ni par les professionnels, ni par le gouvernement, ni par nos concitoyens qui assimilent notre douleur à un simple "caprice". Nous souhaiterions que vous nous donniez la parole. Vous la donnez à nos politiques, aux médecins célèbres et parfois même à des comédiens. Serait-il possible que votre journal fasse entendre nos voix à travers une interview et une lettre ouverte de notre collectif à Madame La Ministre de la Santé?

C'est la première fois qu'un groupe qui n'est pas une association ni un parti politique vous contacte (enfons nous le croyons) pour parler au nom des patientes et des couples en infertilité. A l'heure du débat sur la mariage gay, l'ouverture de la PMA aux couples lesbiens, du débat sur la GPA, les couples hétérosexuels infertiles sont les grands oubliés malgré leur nombre croissant. 15% des couples français consultent pour des problèmes d'infertilité.

Nous demandons le retrait immédiat de la circulaire et l'ouverture d'un débat où les patients pourront prendre la parole aux côtés des professionnels afin d'être peut-être entendus, pour une fois.



11/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Mode pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres